Décès de Marie-Andrée Bertrand (1925-2011)

07 mars 2011

Celle qui fut la première présidente du SGPUM s'est éteinte le 6 mars 2011

Professeure à l'École de criminologie de l'Université de Montréal, Marie-Andrée Bertrand a été la première présidente du SGPUM, en 1972-1973. Son avant-gardisme intellectuel et son parti pris pour la justice ont permis plusieurs des avancées sociales et politiques du Québec, soutenant de multiples façons le cheminement de celui-ci vers la modernité et une plus grande équité citoyenne.

Marie-Andrée Bertrand a acquis le statut de professeure émérite. Elle est l'auteure de La femme et le crime, publié en 1979, et de plusieurs articles et chapitres de livres sur la question des femmes et du contrôle social, entre autres : « Le pouvoir des théories féministes dans la reconsidération radicale des théories du contrôle social », Canada - Theoretical Discourse/Discours théoriques, Association des études canadiennes, 1994, p. 49-74; « The place and status of feminist criminology in Germany, Denmark, Norway and Finland », International Feminist Perspectives on Criminology; Engendering a Discipline, N. Rafter et F. Heidensohn, (sous la direction de), 1995, p. 107-124; « Women in Prisons, a comparative study », Caribbean Journal of Criminology and Social Psychology, 1(1), janvier 1996, p. 35-58. Elle a codirigé, avec Louise L. Biron, une recherche sur la production criminologique sur la question des femmes au Canada (1988-1990). En 1991, elle a coorganisé et présidé la Conférence internationale sur les femmes, le droit et le contrôle social.

Mme Bertrand est décédée subitement le 6 mars 2011 à l’âge de 85 ans. À sa demande, il n’y aura pas d’exposition ni de cérémonie.

Le SGPUM offre ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

voir plus de déail
  • Événements
  • Dates repères
  • Autres
Conventions et ententes Statuts et règlements Procédure des assemblées