L’ACPPU et la liberté académique

08 novembre 2018

L’ACPPU est une efficace défenderesse de la liberté académique et n’hésite pas à la défendre partout au Canada et ce dans plusieurs contextes différents.

Depuis sa création en 1951, l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU) défend activement la liberté académique, pierre angulaire des établissements universitaires.

La liberté académique c’est le droit d'enseigner, d'apprendre, d'étudier et de publier sans craindre l'orthodoxie ou la menace de représailles et de discrimination. C’est aussi le droit de critiquer l'université et de prendre part à sa gouvernance. La permanence constitue la base de la liberté académique en empêchant qu'on ne congédie le personnel enseignant sans raison valable et sans suivre une procédure rigoureuse. Le conseil de l'ACPPU a approuvé son énoncé de principe sur la liberté académique en novembre 2011.

Depuis sa création en 1951 l’ACPPU s’est employée à défendre la liberté académique à de nombreuses occasions, que ce soit celle de ses membres ou celle de professeurs non-membres de l’ACPPU lorsque les enjeux peuvent avoir une incidence nationale.  L’ACPPU s’est ainsi portée à la défense des professeurs membres du SGPUM. En effet, le 8 février 2018 l’ACPPU n’a pas hésité à se présenter devant la Commission de la culture et de l’éducation de l’Assemblée nationale du Québec afin de faire valoir son opposition au projet de loi d’intérêt privé no 234, qui appelait des changements en profondeur à la gouvernance de l’Université de Montréal et des atteintes à la collégialité universitaire. À cette occasion, le président sortant de l’ACPPU, le Prof. Robin Rose, a fait valoir aux élus que « Sous le prétexte de moderniser sa Charte, la direction de l’Université de Montréal suggère rien de moins que de mettre fin à la collégialité dans son institution en plus de changer radicalement les conditions de travail des professeurs sans passer par la négociation ».

En plus de se porter directement à la défense de la liberté académique, l’ACPPU met à la disposition de ses associations membres différentes ressources visant à les aider à protéger et à promouvoir la liberté académique dans leur propre institution. C’est dans ce but que l’ACPPU a créé un Fonds de la liberté académique pour aider financièrement ses associations membres à promouvoir et à défendre la liberté académique et qui a pour objet :

  • de promouvoir l’obtention et la protection de la liberté académique et d’aider à atteindre cet objectif;
  • d’appuyer et de fournir des services aux particuliers et aux groupes cherchant à établir ou à protéger leur liberté académique;
  • de sensibiliser le grand public aux questions touchant la liberté académique et de les informer à ce sujet;
  • d’amasser des fonds au moyen de dons ou autres, de les détenir et de les dépenser en vue de la réalisation des objets du Fonds;
  • de prendre toutes autres mesures utiles à la réalisation des objets susmentionnés.

De plus, l’ACPPU a mené de nombreuses enquêtes lors d’incidents touchant à la liberté académique en support aux professeurs membres. Ces rapports ont été publiés et ils demeurent accessibles, de 1958, l’année où a été déposé le rapport historique sur le United College, jusqu’à aujourd’hui.

Devenir membre de l’ACPPU donnerait accès au SGPUM à ces importantes ressources matérielles, documentaires  et économiques. L'adhésion à l'ACPPU permettrait de renforcer très significativement les protections des professeurs et professeures du SGPUM à l’égard de leur liberté académique.

Rappelons qu’au Québec, les universités Laval, McGill, Bishop et Concordia sont membres de l’ACPPU et que toutes les associations de professeurs des universités du groupe U15, sont déjà membres de l’ACPPU. 

Appuyons tous ensemble le vote d’affiliation du SGPUM à l’Association canadienne des professeures et professeurs d’université (ACPPU).

voir plus de déail
  • Événements
  • Dates repères
  • Autres
Conventions et ententes Statuts et règlements Procédure des assemblées CHARGE PROFESSORALE Formulaire - charge professorale Page Facebook SGPUM Politique de communication